Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 17:38
Les poèmes de Marie

Neptune


Dans la démesure de tes bleus
et l'abysse de tes profondeurs
s'affrontent des démons capricieux
pourtant nos lointains géniteurs...

Des fonds froids et du noir néant
jaillit l'opportune lame d'argent,
le rouleau d'écume galopeur
propulsa Neptune le sauveur.

Vers la rive, les flots véronèse,
le corps de l'inconscient portèrent
Au loin, disparu l'outremer.

Dans la clarté et la lumière
que la tiédeur des cieux apaise
un coeur sauvé effleure la terre.

Les poèmes de Marie

La poupée et le poète

( façon fable XVIIè)

Une poupée par un poète attirée,

se laissa fleurette conter :

Jolie Poupée, mon Amour

je suis à toi pour toujours

jolie Poupée retrouvée

pour la vie je veux t’aimer

La Poupée séduite par tant de passion

se dit : faisons exception,

Pourquoi ne pas essayer ?

jamais je ne pourrai espérer

un amour plus démesuré

il faut l’aventure tenter

La belle à ses ardeurs alors acquiesça

Un chant pour elle il composa

sa présence mille fois il rappela

son attente et son amour il imposa

et ce qui du arriver arriva

sous le poids la poupée étouffa !

Jolie Poupée, mon amour

je ne peux vivre sans toi

jolie poupée, aimes moi

tu es à moi pour toujours

la belle prit peur de cet amour déraisonné

elle se sentait emprisonnée

afin de rassembler ses esprits

une pause elle demanda

mais sourd le poète ne l’entendit

Alors un trève elle imposa

Jolie Poupée….

La fin de cette histoire mes amis fût ainsi

le poète avec une larme lui dit :

ma belle c’est tout ou rien

si je pars je ne reviens !

pendant des mois un silence suivit

et la poupée un jour comprit

le grand amour il ne faut ignorer

ni à côté de lui passer

mais pour qu’il mène loin,

fuyons les poètes manichéens.

Les poèmes de Marie

Amour d'enfance

(en acrostiche)

La plage, le vent et les sentiments
Ensorcèlent les sens des adolescents
Comme le chant de la sirène
Hante les souvenirs du naufragé,
A l’aube de nos soixantaines
N’écoutant que ton âme troublée
Tu m’offris ton cœur et tes espoirs,
Des baisers et une nouvelle histoire.
Et les enfants devinrent amants…
Maintes fois ta flamme tu me déclaras
A moi la muse de tes 15 ans...
Romantique, un chant tu composas
Idylle d'amour et de passion
En rimant l’anagramme de mon prénom.

Les poèmes de Marie

L'Amour déraciné

.

Il y avait je m'en souviens
un lien profond né du passé
berçant nos coeurs entrelacés
liant nos vies et nos destins

des rires, regards et des espoirs
emportés par le souffle d'un soir
semblant dans le temps perdus
et pour des années disparus

mais d'un vent de sable ou d'automne
une racine, comme un bois flottant,
ressurgit de la tempête des ans

âme blanche, blessée, torturée
à mes pieds elle vint s'échouer...
lourd le silence du glas qui sonne.

à François

Des fois on rencontre quelqu’un qui en 5 mn vous gâche la journée

et d’autres que l’on aurait voulu garder très longtemps

Si je pouvais remonter le temps autrement qu’avec des fleurs chaque année

je lui dirais qu’il était le bienvenu dans mon présent

Que je l’ai apprécié pour sa gentillesse et sa culture

pour sa présence et sa faculté à rendre les choses pures

Je l’ai aimé cet homme, avec lui tout était facile

il voyageait loin, de la Guyanne à l’océan indien

de l’Amazonie aux lointaines îles

ses silences le rendaient désirable et son vécu serein

ni chantage ni jalousie, nos vies se partageaient en l’instant

ni prévisions, ni projets mais des surprises et des sourires

que l’on cultivait avec un doux plaisir et sans rien dire

C’était pour moi le meilleur des amants

Lettre à François

 

Lundi soir, le 19 mars 2007

Je ne sais si ces choses se disent. Il est plus d’une heure du matin, je n’arrive pas à dormir, je me tourne et me retourne dans mon lit. Aucune position ne me convient si ce n’est celle que j’aimerais avoir avec toi, à l’instant.

Des moments agréables que l’on aurait du, pu, provoquer plus souvent. J’aime tes exigences un peu « brutes » parfois qui me font sourire et rire aussi. J’aime me laisser aller avec toi parce que c’est simple, que je ne pense plus à rien que profiter pleinement.

J’aime t’avoir au fond de mon ventre et que cette onde magique m’envahisse… C’est une douce vague de petites étincelles qui se propage en ondes régulières. Je suis dans un autre monde, loin de tout, même de toi. Mon corps apprécie, ma tête est vide, je n’entends plus rien et me laisse porter…

Un homme sait-il cela ?

Merci

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Réflexions Sur L'art ...

  • : Le blog de heurtoirslanguedociens.over-blog.com
  • Le blog de heurtoirslanguedociens.over-blog.com
  • : Un 3ème livre sur la poésie, avec les "effroyables complaintes du XIXe siècle" mais ausi des réflexions et études personnelles en particulier sur l'Art, la généalogie, le patrimoine, la numismatique, la poésie ... toujours curieuse de patrimoine et d'histoire ...
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • marie
  • Autodidacte curieuse d'Histoire et de Patrimoine, d'Art, de symbolisme lié à notre culture. Plusieurs modules à l'Université Lumière LYON II : Le Moyen-Âge; écritures anciennes, les grands décors peints du XVIIè, Vermeer, Médicis... un livre publié : "le symbolisme des heurtoirs populaires languedoc
  • Autodidacte curieuse d'Histoire et de Patrimoine, d'Art, de symbolisme lié à notre culture. Plusieurs modules à l'Université Lumière LYON II : Le Moyen-Âge; écritures anciennes, les grands décors peints du XVIIè, Vermeer, Médicis... un livre publié : "le symbolisme des heurtoirs populaires languedoc

Marie-Christine Matray (Yvanès)

Pourquoi ne pas laisser votre avis ?

  A la fin de chaque article, vous avez la possibilité de laisser quelques mots. 

N'hésitez-pas, un commentaire, une question... Un blog est un outil d'expression personnelle qui invite à la participation !

En laissant votre adresse mail à "Newsletter" vous recevrez un avis pour chaque nouvel article. A bientôt.

 

heurtoirslanguedociens.over-blog.com